Get Your Premium Membership

Le vieil identique probleme - Translation of Kevin Gilbert's Same Old Problem by T Wignesan

Le vieil identique problème – Translation of Kevin Gilbert’s « Same Old Problem » by T. Wignesan (For Kevin Gilbert – cf. the introduction to Inside Black Australia (1988) – as quite obviously for Oodgeroo, too – aboriginal poetry refused to adopt the « 100th monkey imitation style that was so prevalent in Australia during the 70s. » Aboriginal poets « identified with the freedom poets of the lately decolonised countries ( …) demanding a new perception of life around us, a new relation with the sanctity, the spiritual entity and living Presence within th earth and all life forms throughout the universe.’ Aborignals strove to preserve their culture by vigorously opposing assimilation and by the need to protect themselves against abuses, such as, the sport of « ‘Lobbing the Distance’ which entailed the burying of live Aboriginal children up to their necks in sand and seeing who of them could kick off the heads of the Black children to the farthest distance from the body. » Another sport involved the slitting of Black women and men’s throats and « let(ting) them run in terrified flapping circles » before throwing them and Black children alive « into the flames. ») T. Wignesan, Paris, December 11, 2016. Souvenez-vous de l’haine le taux de mortalité le taudis et la pluie les enfants qu’on enterre la douleur que vous dissimulez le désespoir et la dénégation vous subissez à l’intérieur du pays vous êtes désemparés, vous êtes battus il y reste quand même de l’ombre de l’espoir le passage du vent emmenant du soupir que vous ne pouvez pas vous expliquer mais de nouveau vous êtes leur problème dû à votre refus de mourir par votre obstination votre sac d’eau est vide les travailleurs mineurs vous moquent la poussière remuée par leur Toyota vous brûle la gorge aux Elections du Novembre les contestations abordent toujours les Noires il y a du fer là où votre Saint- cœur refuse de céder souvenez-vous des rivières d’eau vos chansons s’arrête point l’instant que les cavaliers apparaissent vous devez ‘smell off’ ( ?) le bétail ‘vous ne devez pas boire ici les hommes de votre tribu ne doivent pas boire cette nuit les hommes de votre tribu seront assoiffés de vengeance cette nuit Vous voyez les Pléiades les sœurs et le serpent, le sacré dingo à la poursuite les esprits éternels qu’illuminent les cieux et presto ! – une ligne brillante s’entache leurs visages une satellite tourbillonne là où les dieux promènent un autre endroit pour être sondé vous essayez d’être sages et retenez l’haine en pleurant des rivières pour les aveuglés vous penchez sur la pelle sachant par cœur ce que se passe un mec au gouvernement soupira ‘encore un mort, effacez son nom de la liste ces jours-ci ils crèvent comme des mouches.’ © T. Wignesan – Paris, 2016

Copyright © | Year Posted 2016




Post Comments

Poetrysoup is an environment of encouragement and growth so only provide specific positive comments that indicate what you appreciate about the poem.

Please Login to post a comment

A comment has not been posted for this poem. Encourage a poet by being the first to comment.